> Accueil > Gouvernement > Salle des médias > Communiqués de presse > Le conseil municipal demande la rétroaction des résidants

Le conseil municipal demande la rétroaction des résidants


Le 9 septembre 2015

L’espace vert à l’hôtel de ville porterait désormais le nom Parc Gérald-Leblanc Park

MONCTON – Lors de la séance publique ordinaire du 8 septembre, le conseil municipal a reçu la proposition pour « accorder le nom Parc Gérald-LeBlanc Park à l'espace vert qui est adjacent à l'hôtel de ville (à l’angle des rues Main et Botsford) en guise d'hommage approprié au défunt Gérald Leblanc pour avoir inspiré une scène culturelle à Moncton et pour avoir placé Moncton sur la carte littéraire du monde ». 

Le conseil a également demandé, à l’unanimité, que les résidants puissent soumettre leur rétroaction sur cette proposition. Par conséquent, le public peut:
envoyer un courriel;
commenter sur la page Facebook de la Ville; 
laisser un message au numéro 853-3593;
poster une lettre à : 655, rue Main, 3e étage, Moncton  NB, E1C 1E8; 
assister à la séance ordinaire publique du lundi 21 septembre, à 17 h (si l’on souhaite prendre la parole, il faut s’inscrire à l’avance auprès du bureau de la greffière au 853-3550 ou courriel).

La date limite pour soumettre des commentaires est le 17 septembre, afin de présenter le rapport au conseil dans le cadre de la séance ordinaire publique du 21 septembre. 

À propos de Gérald Leblanc

Né à Bouctouche, Gérald Leblanc a vécu la majorité de sa vie adulte à Moncton, jusqu’à son décès en 2005. Il a publié 13 recueils de poésie et un roman, et a contribué à de nombreux ouvrages. Il fut également auteur de plusieurs chansons du groupe 1755, dont la célèbre pièce « Rue Dufferin ».

Par son travail et son œuvre, Gérald Leblanc a été la locomotive qui a mené Moncton à devenir la capitale littéraire de l’Acadie. Il a grandement contribué au rayonnement sans pareil et toujours croissant de la ville. Il a transformé l’image de Moncton en la dépeignant comme un lieu artistique aux yeux de nombreux artistes et du grand public. Dans les festivals littéraires, il a toujours été un fier ambassadeur de sa ville. Les poètes québécois qui l’ont côtoyé ont écrit des poèmes et même des ouvrages entiers inspirés de Moncton (Jean-Paul Daoust, Carnets de Moncton, 2009). Gérald Leblanc a fait pour Moncton ce qu’Antonine Maillet a fait pour l’Acadie. 

-30-

Information :
Nicole O. Melanson
Communications, Ville de Moncton
506-383-6214 / Nicole.melanson@moncton.ca